Vancouver 2010 : un car scolaire renversé sur le boulevard des souvenirs

19Mar10

Qui a oublié la fabuleuse quinzaine du biathlon français lors des Jeux de Vancouver, pourvoyeur de 6 des 11 médailles tricolores ?

Qui n’a déjà plus en tête les trois superbes breloques du snowboard ?

A ces questions, les plus téméraires n’hésiteraient pas à répondre personne.

Et pourtant, cela n’a rien d’une évidence. Loin s’en faut.


Car, comme tous les quatre ans au sortir de la grand-messe hivernale, les « petits sports » retombent dans l’anonymat. Le biathlon en tête de gondole. Et Vincent Jay en est l’exemple même. Le double médaillé (or sur le sprint, bronze sur la poursuite) sous les feux des projecteurs pendant 15 jours n’a pas attendu longtemps pour voir le soufflet médiatique retomber. « Jay-z », de retour aux Menuires, son fief natal, n’a pas tardé à constater que la couverture médiatique qui l’entourait n’était plus que l’ombre d’elle-même.

Une seule équipe de télévision était affrétée quand des dizaines, venues des quatre coins du globe, lui tournaient autour au Canada. Plus étonnant encore, pas une ligne n’était dédiée au biathlon dans l’Equipe du lendemain. Pourtant, le quotidien du sport n’avait pas hésité à titrer sur le sacre de Jay, le 21 février dernier.

Le ski de fond non plus n’est pas en reste. Profitant de la vitrine olympique pour faire fructifier sa médiatisation, il est redescendu du pinacle aussi vite qu’il n’y était monté.

En un clin d’œil. Aux 5,6 millions de téléspectateurs qui avaient assistés à la très belle médaille d’argent de Martin Fourcade s’opposent les maigres audiences réalisées par Eurosport à l’occasion de la retransmission de la victoire d’un autre français Maurice Magnificat à Lahti, en Finlande.

Bref, pour ces sports dits « mineurs » un monde sépare la couverture pendant et celle après les Jeux. Seul le combiné nordique semble avoir trouvé la recette.

Et l’ingrédient principal pourrait bien être Jason Lamy-Chapuis. Le champion olympique est toujours, quelques semaines après la cérémonie de clôture à Vancouver, l’un des sportifs français les plus adulés. Et son idylle avec le public français ne fait que commencer.

Profitant d’un calendrier favorable, le haut savoyard a su rester en haut de l’affiche. En effet, il a préféré retourner in medias res à la compétition. Saupoudrant même son hiver doré d’un globe de cristal, à Lahti le 5 mars.

La réussite médiatique pour le ski alpin est similaire. Mais elle bien moins méritée. Insolente même. La discipline phare, n’a pas éclairé de son lustre les J.O côté tricolore.

Rien à se mettre sous la dent, à part peut-être des regrets.

Et pourtant. Le grand cirque blanc a déjà repris ses droits à Crans-Montana en Suisse pour les femmes et à Kjittel en Norvège pour les messieurs. Et la couverture dans l’hexagone fut totalement disproportionnée comparée au biathlon, ski de fond et autre snowboard, pourtant à l’origine de près des trois quarts des médailles françaises.

Mais pour l’ensemble des sports d’hiver, le refrain est le même. Il faudra encore patienter quatre ans, jusqu’à Sotchi, pour que l’anonymat qui les recouvre désormais ne soit aspiré par les caméras.

Publicités


No Responses Yet to “Vancouver 2010 : un car scolaire renversé sur le boulevard des souvenirs”

  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :